Les Enceintes

 

Les enceintes Goldmund Dialogue

Mes  enceintes sont toujours des Goldmund, les merveilleuses Dialogue 2 acquises en 1996.

Avant, j'ai eu des Supravox (large bande T215 SRTF 64 je crois…), des Linn Nexus, puis des Linn Kaber.

Le rendement des Goldmund Dialogue 2 est très élevé (96 dB), de sorte que les 50 W du SRA suffisent largement. Aigu très pur, sans aucune limite ni fatigue auditive, temps de réponse très court restituant la durée, le tempo sans le moindre essoufflement, précision et stabilité de l'image quand elles sont bien réglées, spatialisation incroyablement large. Sur certains enregistrements, le son vient de la gauche de l'enceinte de gauche et la même chose à droite. Sur d'autres, la scène se resserre au milieu des deux, ce qui rend le fameux "caisson central" du Home cinema totalement inutile et nuisible avec les déphasages qu'il génère et le brouillage sonore qui s'ensuit. Sur certains disques ou concerts de France Musique, la balance peut partir à droite ou à gauche, voire au centre droit ou centre gauche. On peut encore ajouter la profondeur : parfois le son vient de derrière les enceintes, ou de devant, c'est très sensible sur les bons enregistrement d'orchestre (avec Mahler, par exemple). Elles expriment les basses seulement quand il y en a sur l'enregistrement ! C'est-à-dire qu'elles ne gonflent rien, l'extrême grave s'entend peu mais se ressent physiquement. Beaucoup trop d'enceintes gonflent vers 80 Hz et font croire qu'il y a de la basse pour masquer leur incapacité à descendre très bas, par exemple vers 40/50 Hz.



 

Je les ai depuis très longtemps et je n'ai pas envie de changer. A chaque fois que j'écoute des nouveautés, je les trouve en dessous, sauf les très grands systèmes au dessus de mes moyens bien sûr, comme les Apologue ou les Wilson Sasha. Si ces enceintes vous intéressent, surveillez eBay, j'en ai déjà vu une paire ou deux en parfait état (à condition que les tweeters soient d'origine). Vous ferez une affaire formidable. Elles ne sont vendues que par des passionnés. Soyez au niveau de leur passion. J'ai appris récemment que les tweeters en titane (T120FC), fabriqués par Focal étaient de la même famille que les prestigieuses Wilson Sasha.


Le concepteur de ces enceintes est Christian Yvon, qui a aujourd'hui sa propre marque Apertura. Oserais-je dire que j'ai passé un week end extraordinaire avec lui lors de journées portes ouvertes du magasin Cadence où je donnais un coup de main pour certaines démos. Nous avons beaucoup discuté - et pas que de hifi. Un personnage passionné mais modeste, inoubliable et attachant, toujours en recherche de la perfection.

En plus il parle de "vision" qui est un concept au coeur de mes recherches universitaires !

Le (très grand) système le plus "magique" que j'ai jamais entendu comportait les enceintes Apologue, elles aussi co-conçues par Christian Yvon et Georges Bernard de chez Goldmund. Une telle écoute est un moment extraordinaire à vivre. L'émotion pure que délivrent des monstres de 400 kg et de 2,20 m de haut mais qui se font oublier pour exprimer les vibrations essentielles d'une guitare et d'une voix est absolument inoubliable.C'est une référence quasi absolue. En tout cas, je n'ai jamais entendu plus beau.

Tous ces produits sont géniaux, bravo MM. Yvon et Bernard. Et bravo à Cadence Angers et José Amengual.

Les Dialogue sont dérivées des Apologue avec un budget moins délirant, elles présentent des caractéristiques communes (caisse en résine de méthacrylate de 4 cm d'épaisseur moulée d'une seule pièce, environ 70 kg chacune).

Le système fonctionne très bien en home cinema, à la seule exception de l'infra grave qui est inférieur en niveau (pas en qualité évidemment) aux habitudes actuelles. Le seul moyen de l’atteindre consisterait à adjoindre un caisson de grave, mais il faut en trouver un qui ne "traîne" pas, qui soit aussi rapide que les Dialogue. C'est presque impossible, sauf peut-être à un budget très élevé. J'attends de voir ! Ceux que j'ai écouté m'ont fait fuir. Pour tester ce genre de système, essayez d'écouter un chanteur avec pas mal de grave dans l'enregistrement, comme certains Brassens (de la réédition intégrale en CD) ou tous les Tom Waits. Si la voix est gonflée en basses, passez votre chemin.

Les câbles se sont longtemps partagé entre du Goldmund et du MIT (Shotgun et 330 pour la modulation et MH-750 pour les enceintes, ces derniers remplacés par du Lumina de Esprit Câbles). A ce niveau, le plus petit détail compte. Un principe de base de la systémique est facilement démontré. On est toujours tributaire de l'élément de plus bas niveau, aucune interface ne doit être négligée. Cf. le haut de cette page.

En mars 2015, Jefferson (Belfort), le distributeur de Goldmund en France a signalé sur son site avoir remis à jour une paire de Dialogue : «Nous avons eu l’occasion récemment de restaurer la Logos Dialogue d’un de nos clients. Pour quelques centaines d’euros, le client peut à nouveau profiter pleinement de son enceinte pour de longues années. Pour information la Logos Dialogue est la première enceinte conçue par Goldmund à partir de 1986 et elle était à cette époque l’enceinte la plus dynamique et la plus rapide jamais conçue. A l’écoute, cette enceinte a surpris toutes les personnes présentes au magasin. Grâce à sa dynamique, elle reste tout à fait d’actualité et se marie parfaitement avec les électroniques d’aujourd’hui»

Quelle merveilleuse reconnaissance des qualités de cette enceinte par un magasin qui possède le seul media Room (salle de Home cinéma) Goldmund en Europe… Mon intuition n’est peut-être pas fausse.

Et ceci alimente aussi une autre réflexion sur le luxe et la Hifi. Pour moi, le luxe est durable, sinon, c’est de la poudre aux yeux étalée par les nouveaux riches. Quand on voir le nombre de systèmes Goldmund encore en activité, on peut se dire que si le ticket d’entrée est cher, on peut être assuré de sa fiabilité mais aussi de sa performance dans la durée.


Une réparation de 4 HP en 2015

A la faveur d’un nettoyage, j’ai découvert à l’été 2015 que les suspensions des HP de medium étaient bien fatiguées. D’où la décision de les changer.









A gauche, la suspension est partie. A droite, elle ne va pas tarder.

Malgré cette usure, les HP continuaient de marcher tellement ils sont bien centrés et tenus, mais c’était courir un gros risque…


Encore faut-il trouver les pièces et l’artisan capable de faire le travail sans rien dénaturer. Heureusement, il reste quelques suspensions Focal et Gilbert Dap (Audio Conseil de Saint Etienne) intervint avec maestria.








Si rien n’avait été fait, c’est le moteur qui risquait d’être détruit par un court circuit.

Ce furent d’abord les HP de medium puis les tweeters dans la foulée pour ne pas prendre le moindre risque.

Ci-dessus les suspensions usagées des tweeters

Les boomers n’avaient besoin d’aucune intervention, heureusement.


Conclusion (avec la source Goldmund)

Que dire de cet ensemble : naturel, pur, précis, hyper rapide, cohérent, jamais projeté, jamais fatigant quels que soient le répertoire ou le niveau sonore. Il déclenche TOUJOURS l'émotion des auditeurs (Brel dans Les Marquises ou Barbara, avec Nantes, ou Léo Ferré et les Vieux copains, du classique avec Deller ou Chostakovich, ou du jazz, de Miles Davis à Bill Evans ou Jacques Loussier ou, dans un autre genre Albert Ayler, Coltrane ou l'Art Ensemble of Chicago, sans oublier du plus moderne : Mc Solaar, par exemple La concubine de l'hémoglobine, outre sa qualité comme chanson est un bon test : la diction doit être parfaitement compréhensible, sans aucun effort de déchiffrage et la basse très grave (c'est de l'infra grave), sans aucune approximation. La voix du chanteur ne doit jamais être mélangée avec l'accompagnement, tout doit être en place avec même un net sentiment de décalage spatial, avec les autres voix derrière celle de Mc Solaar (on perçoit bien les subtils décalages de phase du mixage électronique). Il en de même avec Grand corps malade que j’adore aussi.

A chaque écoute de systèmes plus récents dans divers auditoriums, mon épouse et moi nous disons que finalement, il est inutile de changer quoi que ce soit au nôtre, sauf à y investir un budget démesuré. A propos de budget, disons simplement qu'un bon système coûte à peu près le prix d'un bon piano ou d'un bon violon ! Ni plus, ni moins. A propos de piano, j'ai découvert que Steinway avait sorti son système Hifi : budget d'environ 135 000€…).

C'est aussi le drame des bons revendeurs. Avec un grand système, bien réglé, on n'a pas besoin de changer pendant 10 ou 15 ans (sauf la source à la rigueur, surtout quand elle tombe en panne [Je n'ai pas changé une ligne à ce paragraphe, qui prend du sel maintenant que le transport Goldmund est HS !!], d'où le fait qu'ils ont du mal à vendre des nouveautés à leurs anciens clients, sans compter ceux qui achètent sur le net en leur demandant quand même des conseils !!

Encore un mot sur la pièce qui a été conçue et meublée pour la qualité du son, à la fois réverbérante (juste un peu) et absorbante (mais pas trop). On y arrive par l'expérience, ou alors on fait venir un bon revendeur (et on lui achète son matériel s'il est de qualité !!).

Avoir un bon système ouvre l'esprit : on peut tout écouter. Tout est intéressant à découvrir et peut-être à aimer.

On peut trouver des infos très intéressantes et utiles (et pas "hifistes" ou commerciales) sur le site  "Très Haute Fidélité" (THF). Ou encore sur celui d'Antoine Gresland : Ecoutez Voir. Et plus récemment sur celui de La République du Son qui défend la Hifi française.

S’y ajoutent les Forums spécialisés, mais le seul nom de Goldmund déclenche parfois de violentes controverses.


Mise à jour de novembre 2016 : Je suis passé au Mimesis 3, toujours avec ces enceintes.






 

D'UN MAILLON AU SUIVANT : RIEN QUE DU PLAISIR